Showing posts with label Film urbain. Show all posts
Showing posts with label Film urbain. Show all posts

Wednesday, April 20, 2011

Eugene Jardin, Portrait of a Sculptor, A Film by Rina Sherman


A Film by 

Rina Sherman

16 mm, 7 mn, 1983. Production : Art Cinématographique Artisanal


Portrait of the late Eugene Jardin, South African born sculptor, who lived on the US West coast, filmed during a return visit to Johannesburg in 1983 for an exhibition of a series of portraits of David Hockney, Woody Allen, Jody Foster and the likes...














Monday, April 18, 2011

Bantou Éducation, Un film de Rina sherman


Bantou Éducation" est un aperçu intimiste d'un certain monde africain à Paris. Sud Africaine, styliste, Meisie Mosimane ou Sister Bucks, vient à Paris pour faire confectionner des vêtements par des couturiers maliens installés dans le quartier de la Goutte d'or. Sans parler un mot de français et, avec seulement quelques adresses en poche, Meisie se retrouve perdue à Denfert Rochereau le jour de son arrivée. C'est le début d'une aventure parisienne qui va durer deux semaines...










Thursday, April 14, 2011

M. M. les locataires, un film de Rina Sherman

M. M. les locataires

BUY


Un film de Rina Sherman sur la vie en ville.
Le mois du cinéma documentaire
Rétrospective Rina Sherman
Musée du quai Branly 
Salle de cinéma
Le 19 novembre 2011 à 15h30


Rina Sherman et Jean Rouch

Les citadins dont il est question vivent à Noisy-le-Sec, ville de la banlieue parisienne. La ville entre ici dans la composition d’un paysage humain, dessiné au gré des rencontres. Les personnages du film y participent à l’invention d’une histoire qui explore, en parallèle, passé, présent et avenir. En rapport constant avec la caméra à l’épaule, ils racontent leurs vies et improvisent une histoire à la fois authentique et imaginée. Les images urbaines, choisies comme décors, sont soutenues par une expression sonore, un principe d’alternance permettant d’articuler ce qui est inventé et ce qui est saisi sur le vif.

Féodor Atkine et Geno Lechner

Une histoire en fragments, où quelques habitants, qui sont bien quand ils le peuvent et ne le sont pas quand ils ne peuvent pas, évoluent dans un univers où les escaliers de maison conduisent aux bretelles d’autoroute, où les portes de cimetières s’ouvrent sur des bassins vides, bassins de piscines désaffectées, de fontaines sèches, de baignoires sans bouchons. Voici le malentendu, moteur de l’histoire, transformé en une évocation de la vie en site urbain : l’absence de l’eau. L’eau qui, pour Hériclite ne coule jamais deux fois de la même façon. L’eau que l’espace sonore ne cessera d’évoquer en note de pédale, pour qu’elle coule et que la vie reprenne à cette interstice que créent la rencontre les eaux profondes et le sable dans le lit de l’océan.

Jean Rouch, Sine... chantant du Gris

 Siné

BUY

Wednesday, January 19, 2011

PARIS DE MES EXILS, un film de Rina sherman



Après sept années de vécue avec des Ovahimba en Namibie et Angola, Rina Sherman est de retour à Paris, ville où elle s’est exilée en 1984 d’Afrique du Sud. Ce retour coïncide avec la mort de trois grands amis : Jean Rouch - cinéaste, mentor et copain, Didier Contant – grand reporter et âme sœur, le Chef d’Etanga, patriarche de sa famille Omuhimba, père de sa vie.
Rina Sherman porte à l’écran un poème urbain sur la vie en ville au travers une réflexion sur les droits de l’homme, la liberté d’expression face à l’impunité, le cinéma et ses retrouvailles avec la « vie-ville » après une rencontre intense et riche avec une famille africaine aux valeurs et éthique intactes.